Collectif du 9 avril: Grande manifestation à Bernay, le samedi 16 mai, à 15h 30.

Publié le par Madouc

Tous à la manifestation pour l'école !

 

Les parents et les enseignants du collectif du 9 avril restent mobilisés contre les réformes Darcos.

Pour montrer sa force et son attachement à une école publique de qualité, gratuite et laïque, et pour faire annuler ces mauvaises réformes, le collectif organise une grande  manifestation à Bernay, le samedi 16 mai, à 15h 30.

Le défilé démarrera Place Ste Croix, et se terminera par un goûter-discussions, autour du thème des réformes, de la maternelle à l'université.

 

Le collectif a été reçu à plusieurs reprises par des responsables de l'administration de l'éducation nationale mais cela n'a débouché que sur très peu de choses.

 

  • Les jardins d'éveil, selon l'inspection, ne seraient que des "rumeurs" non fondées. Cependant, dans l'Express du 9 avril, Nadine Morano annonce bien l'ouverture de ces fameux "jardins d'éveil", payants et animés par du personnel non enseignant.

 

  • Du coté des RASED, il y a toujours 1500 postes de supprimés au niveau national et, sur notre circonscription, réputée difficile, venant tout juste d'obtenir un RASED complet, c'est une catastrophe ! Il y a toujours 1500 postes RASED transformés en "surnuméraires", ce qui ne donne aucune garantie quant à leurs missions et leur pérennisation.

 

  • L'aide personnalisée, c'est à dire le soutien hors temps scolaire, mis en place par la réforme Darcos, depuis la rentrée scolaire, est de plus en plus contestée par les parents et les enseignants, à tel point que ces derniers ont décidé de suspendre cette aide, à partir du 11 mai, sur de nombreuses écoles du secteur. Ils demandent que cette aide soit organisée sur le  temps scolaire, avec maintien de tous les postes de RASED. Ils pensent que l'éducation nationale doit prendre en compte tous les élèves, quelles que soient leurs difficultés, sur le temps scolaire.

 

  • Quant au non renouvellement des contrats EVS (emploi vie scolaire), l'éducation nationale donne l'impression de découvrir à quel point cela va bouleverser l'organisation de toutes les écoles à la rentrée. Ces personnes qui travaillaient depuis maintenant 3 ans, aux cotés des élèves et de leurs familles, des enseignants, et tout particulièrement des directeurs, vont être renvoyées au chômage. Quel gâchis ! Ils seront éventuellement remplacer par d’autres chômeurs, à qui il faudra à nouveau plusieurs mois pour s’intégrer dans les équipes et  être formés. Quelle perte de temps ! Alors qu’il suffisait que l’Education Nationale embauche les EVS déjà en poste…

Une fois de plus ce seront les enfants qui pâtiront des restrictions budgétaires imposées au service public.

 

  • Concernant le nombre important et sans cesse croissant, depuis quelques années, des "non remplacements" des enseignants absents, l'administration ne fait qu'opposer des chiffres sortis de son chapeau et totalement invérifiables. La réalité, c'est que le ministère organise cette pénurie pour mieux proposer sa solution "miracle" : l'agence de remplacement (sorte d’ANPE de l’enseignement), hors éducation nationale, qui aurait comme seul avantage de ne rien lui coûter. Mais pour les familles, ce ne serait que désavantages puisque la continuité de service n'existerait plus. On ne ferait appel à ces "remplaçants"(sans formation), qu'au delà de plusieurs jours d’absence de l’enseignant et au bon vouloir des inspections.

 

 Il faut amplifier le mouvement, tous ensemble. Pour une école pour tous.

 

Le collectif du 9 avril

(Rassemblement des parents d’élèves, enseignants et élus

en colère des circonscriptions de Bernay et alentour)

Publié dans action

Commenter cet article